Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

Blog

L’audace de Saint-François d’Assise ou les recoins secrets de la vieille ville de Jérusalem

Avant de devenir Saint François d’Assise, Giovanni di Pietro Bernardone était un fils de bonne famille, destiné à poursuivre les affaires de son père, un riche drapier d’Italie. Mais sa destinée était apparemment différente: sensible aux conditions des pauvres plus qu’à faire fructifier les affaires familiales, il finit même par donner à son père ses propres habits en place publique suite à une dispute. Se retrouvant nu, il est habillé par la cape de l’évêque d’Assise, retenue par une corde, ce que revêtent les franciscains jusqu’à nos jours. Mais son audace ne s’arrête pas là…

En savoir plus

Rahat, ville bédouine – Blog – Janvier 2017

Il y a peu, j’ai eu la chance de faire la rencontre d’Ahmed Amrani de l’association “Green Rahat” et de faire avec lui un tour de sa ville, Rahat ville bédouine. Sans être une  conférence détaillée, les quelques explications qu’il m’a données sur la ville reprennent des éléments d’histoire, comme de son expérience familiale dans la ville et son point de vue en tant qu’éducateur.

Rahat est la plus grande ville bédouine d’Israël comme du monde, avec plus de 62.000 habitants,. Sa création, en 1972, fait suite à un processus de sédentarisation des bédouins entamé avec la première petite ville de Tel Sheva en 1966. En 1966, le gouvernement israélien propose des appartements standards de 60 m2 aux populations bédouines, dont les composantes familiales diffèrent quelque peu des caractéristiques de la famille israélienne moyenne. Les premiers habitants s’accommodent donc bien difficilement du changement et s’y installent en modifiant les structures d’origine à leur manière.

En savoir plus

Nitzana dans le Néguev – Blog – Octobre 2016

“Au bout du monde a gauche” (comme le film israélien du même nom), à deux kilomètres de la frontière égyptienne, se trouve un endroit humainement et historiquement riche et étonnant. Nitzana ressemble à un kibboutz, mais c’est un endroit inédit, une “communauté éducative” pour des groupes de tous horizons venus passer un an ou quelques mois. Y cohabitent différents groupes de jeunes et moins jeunes venus prêter un service social, étudier, ou encore travailler bénévolement. Des jeunes avant le service militaire y côtoient des collégiens bédouins, des français et suisses évangélistes y apprennent l’hébreu tout en construisant un parc biblique, de jeunes russes se forment au sports extrêmes.

En savoir plus

Le couscous de Suzanne – Blog – Août 2016


Envie d’un couscous vraiment authentique? Loin des restaurants branchés de Tel Aviv, Suzanne et ses associées, de l’association “Nashim Mevashlot” (les femmes qui cuisinent) vous attendent avec un couscous maison chez elles à Netivot. Couscous marocain riche et authentique, mais aussi un plein d’histoires et d’anecdotes sur ces familles marocaines débarquant dans une ville fantôme dans les années 50, croyant arriver à Jérusalem.

En savoir plus

Einot Zukim, discrète et surprenante – Blog – Mars 2016

Lorsque vous longez la mer morte pour aller a la rencontre du site et de l’histoire héroïque de Massada, ou lorsque vous vous apprêtez a braver les foules grimpant le long des gorges du Nahal David a Ein Gedi, vous passez devant quelques branchages discrets sur votre gauche.

Discrets peut-être, mais pas pour tout le monde! Ces quelques plantes en contrebas valent un peu plus de considération si l’on prend la peine d’entrer dans la réserve naturelle d’Einot Zukim ou Ein Fashcha. “De l’eau, des plantes, des oiseux et une faune abondante, j’y suis resté deux jours pleins avec un grand plaisir” cette description du naturaliste Tristram qui a arpenté et étudié et la terre d’Israël a la fin du 19ème siècle est restée d’actualité, surtout depuis l’aménagement de l’endroit en parc naturel en 1969.

En savoir plus

Arik Einstein – Blog – Décembre 2013

Il y a une semaine, Israël devenait orphelin d’Arik Einstein et, comme beaucoup d’autres j’imagine, j’ai moi-même refusé de comprendre cette évidence bien qu’abreuvée par un flot continu de ses chansons a la radio dès le matin suivant sa mort. Il est effectivement difficile de se séparer de ce personnage devenu mythologique malgré lui, fait d’un mélange de séduction, d’humour et de créativité, et à la fois d’une modestie et simplicité étonnante.

En savoir plus

  • Skip to toolbar